8 – 10 novembre 1940

Front Nord

Si le gros de la bataille de Gallabat – Metemma est passé, le Major-General William Platt reprend la main. Il décide, alors, de s’orienter vers une nouvelle méthode en employant la Gazelle Force. Cette dénomination désigne un ensemble, sous les ordres du Colonel Frank Messervy, composé d’éléments provenant de la Indian 5th Infantry Division, notamment un régiment de reconnaissance motorisé, les Skinner’s Horse. Cette unité, qui par certains côté rappel le Long Rand Desert Group, est chargée de mener un certain nombre de raids éclaire sur la frontière afin de rendre le secteur intenable pour les Italiens. En parallèle, avec le 10th Baluch Regiment l’ensemble de ces actions vont progressivement contraindre les Italiens à se replier sur la position fortifiée de Metemma et abandonner Gallabat. Le type d’opération mené par la Gazelle Force est notamment illustré par les souvenirs du Wing Commander Eric Smith (alors, Pilot Officer) :

« (…) Face à eux, la Gazelle force du Lieutnant Colonel Masservy avec tous juste 1 000 hommes. Leurs missions consistaient à faire croire à l’adversaire de l’existence de défenses puissantes pour prémunir toute offensive adverse. (…) De son côté, notre B Flight était à la disposition du Colonel. Nous avons, rapidement, appris à effectuer des attaques au raz du sol afin d’appuyer la force mobile. Cette dernière disposait de sept automitrailleuses Rolls-Royce (datant de la Première Guerre mondiale), neuf camions équipés d’une mitrailleuse Vickers et de cinq Howitzers. Nos Hardy, au nombre de huit, étaient équipés de seize petites bombes antipersonnel de 20 lb. La stratégie était la suivante : le B Flight attaquait en premier en larguant toutes les bombes et en effectuant plusieurs fausses passes pour maintenir la pression ; puis la colonne mobile intervenait pour encercler l’adversaire, tandis que les Howitzers commençaient à les pilonner. Depuis les airs, tout cela ressemblait aux films de cowboy et d’Indiens. Dans le même temps, trois camions étaient chargés d’apporter le ravitaillement en carburant et munition sur un terrain jugé apte pour accueillir nos avions. Une fois, le ravitaillement effectué, nous devions redécoller pour effectuer une dernière attaque, tandis que la colonne mobile profité de l’occasion pour rompre immédiatement l’affrontement, foncer à toute vitesse pour récupérer nos camions et les Howiters et rentrer dans nos lignes »

Dans le même temps, l’activité aérienne reste constante notamment pour la Regia Aeronautica qui continue d’envoyer plusieurs bombardiers. La situation est plus calme pour les Sud-Africains du No.1 (SAAF) Squadron qui sont en attente de renfort. Outre, l’arrivé du Captain Gerald J. le Mesurier, quatre Gloster Gladiator du No.2 (SAAF) Squadron décollent du Kenya pour rejoindre le Soudan. L’un des chasseurs est, cependant, perdu le 9 novembre durant le transfert lorsque les troupes soudanaises ouvrent le feu sur les avions. Le N5813 est endommagé, ce qui contraint le Lieutnant Ronald Dimmock à se poser en catastrophe sur une île du Nil, à 16 km au sud de Juba.

Pertes alliées
No.1 (SAAF) Squadron Gloster Gladiator N5813 Lieutnant Ronald Dimmock Endommagé par des tirs amis au sol, atterrissage forcé, 16 km au sud de Juba.

Laisser un commentaire