4 août 1940

Au sol, la principale colonne italienne sous les ordres du Generale Carlo De Simone réussit à atteindre la première position défensive sur la route de Berbera : Hargeisa. De violents affrontements éclatent, alors, entre le Somaliland Camel Corps et des éléments du Northern Rhodesia Regiment, néanmoins, faute d’artillerie et de soutien aérien, les forces commencent à décrocher dans la soirée pour rallier la position de Tug Argan. Dans cet objectif, la RAF demande au 94 Squadron RAF de détacher deux Gloster Gladiator (avec les Flight Lieutnant Reid et Gordon S.K. Haywood et le Sergeant William H. Dunwoodie) sur le terrain avancé de Laferug pour tenter de fournir une couverture aérienne aux troupes. Par contre, après hésitations, décision est prise de ne risquer aucun bombardier jugé trop précieux, en outre, les terrains avancés ne sont pas en état de pouvoir accueillir une force offensive.

Cependant, malgré les combats en Somalie Britannique, les principaux événements ont encore lieu sur les autres secteurs. Ainsi, à 07h45, une formation de dix Vickers Wellesley (cinq + cinq) des 14 Squadron RAF et 47 Squadron RAF décollent pour attaquer la base sous-marine de Massaua, en collaboration avec trois Bristol Blenheim Mk I du 45 Squadron RAF. Le bombardement doit répondre à un plan organisé puisqu’après une première reconnaissance à l’aube, par un Blenheim avec à son bord le Wing Commander Donald M.T. Macdonald, les Wellesley doivent attirer la défense à l’ouest de la cible pour permettre aux appareils du 47 Squadron RAF de se faufiler discrètement pour attaquer à basse altitude les sous-marins. Tout fonctionne à merveille, puisque l’accueil réservé par la DCA et la chasse italienne est très actif. Le 14 Squadron RAF subit, ainsi, plusieurs attaques par deux Fiat CR 42, l’un des bombardiers étant gravement endommagé. Néanmoins, les Blenheim revendiquent plusieurs coups au but sur les sous-marins amarrés au port. Selon le Sergeant Leslie A.J. Patey :

« un bruit terrifiant, le train d’atterrissage descend de lui-même, car le système hydraulique semble touché, je me retrouve immédiatement à l’arrière des quatre autres appareils. Au même moment, je ressens une douleur à mon bras gauche, tandis que du sang apparaît sur ma combinaison de vol blanche juste au-dessus du coude. Mon bras commence à s’engourdir et à gonfler, et j’éprouve de plus en plus de difficultés à l’utiliser, ce qui m’impose de tout faire avec la main droite. Je décide, alors, de dégager de la cible pour reprendre la direction de la base. Soudain, au nord de Massaua, nous apercevons deux appareils qui arrivent dans nos arrières : des Fiat CR 42. Ils attaquent ensemble, l’un de chaque côté, ce qui complique la tâche de mon mitrailleur. Vu la faible vitesse de notre appareil, il est inutile d’espérer gagner de la distance, j’ai, donc, plongé au ras des flots dans l’espoir d’empêcher toute attaque depuis le dessous. Les choses  commencent à tourner mal, notre réservoir prenant de plus en plus de coups, lorsque soudain, les deux chasseurs rompent pour partir en direction de leur base ».

Le Vickers Wellesley L2676 réussit, néanmoins, à se poser avec ses dernières gouttes de carburant, tandis que le Sergeant Leslie A.J. Patey s’effondre épuisé par ces blessures. Cependant, celles-ci s’avèreront sans conséquence et il pourra reprendre du service après quelques jours de repos.

PertesCommonwealth
14 Squadron RAF Wellesley L2676

Sergeant Leslie A.J. Patey (blessé) – Leading Aircraftman Greaves – Leading Aircraftman Martin

Gravement endommagé en combat aérien au-dessus de Massaua, posé sur la base mais radié des effectifs
Pertes Afrique du Sud
2 Squadron SAAF Hawker Fury n°202 Lieutnant Ronald Dimmock Collision en vol, Nanyuki
2 Squadron SAAF Hawker Fury n°204 Lieutnant G. McBride Collision en vol, Nanyuki

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.