25 Janvier 1941

Front nord

Les éléments avancés de la Gazelle Force continuent d’avancer en direction d’Agordat et entrent en contact avec la première ligne de défense dans l’après-midi[1]. L’aggravation brutale de la situation conduit Amedeo di Savoia-Aosta à ordonner le déploiement immédiat du 11° Reggimento Granatieri di Savoia afin de renforcer les effectifs, tandis que les Generali Luigi Frusci (Gouverneur d’Érythrée et d’Amhara), Pietro Pinna Parpaglia (commandant de la Regia Aeronautica en AOI) et Claudio Trezzani (chef d’état-major des forces armées en AOI) rejoignent Agordat. Durant la réunion, décision est prise de confier la défense de Agordat au Generale Orlando Lorenzini avec la 4a Divisione coloniale, tandis que le Generale Angelo Bergonzi est chargé » de Barentu avec la 2ª Divisione coloniale eritrea[2].

Le No.14 (RAF) Squadron effectue deux sorties mouvementées dans la matinée. Un premier Blenheim (T1823) est chargé d’une reconnaissance de la route entre les localités de Karora et Elgheina lorsque l’appareil est victime de tirs en provenance du sol. Le Flight Lieutnant Cecil Rowan-Robinson est, alors, blessé à la jambe et son observateur, le Pilot Officer Alexander W. Donald est obligé de le remplacer afin de revenir vers l’aérodrome de Port Soudan. Le pilote est, cependant, en mesure de reprendre les commandes pour procéder à l’atterrissage à 07h40. La blessure semble sérieuse puisque son nom n’apparaît plus dans l’ORB après cette date. Peu après (06h35), un second Blenheim (T1857) est envoyé pour photographier le secteur entre Agordat et Keren. Si une escorte doit être assurée par le No.1 (SAAF) Squadron, les pilotes sud-africains n’arrivent pas à retrouver le bombardier et ce dernier doit faire demi-tour en raison de la présence de Fiat CR.42 sur place[3].

Front sud

La situation de la Regia Aeronautica continue de se dégrader. Ainsi, le journal du Tenente Tardini (8a Squadriglia, 25 bis Gruppo BT) indique « l’escadrille ne dispose que d’un appareil en service, et encore, si l’on accepte de considérer comme pilotable un appareil qui a déjà dépassé les limites d’heure de vol »[4].


[1] PRASAD, Bisheshwar. East African Campaign, 1940-41. Official History of the Indian Armed Forces In the Second World War. Combined Inter-Services Historical Section (India & Pakistan), 1963. http://www.ibiblio.org/hyperwar/UN/India/EAfrica/EAfrica-4.html

[2] MOCKLER, Anthony. Haile Selassie’s War. 2003.

[3] No.14 (RAF) Squadron : Operations Record Book (Form 540 and Form 541). Kew : TNA, AIR 27/193 ; NAPIER, Michael. Winged Crusaders : The Exploits of 14 Squadron RFC & RAF 1915 – 1945. Barnsley : Pen & Sword, 2013.

[4] BROWN, James Ambrose. A Gathering of Eagles : The campaigns of the South African Air Force in Italian East Africa (1940 – 1941). Cape Town : Purnell and Sons, 1970. p.120.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.