24 octobre 1940

Cette journée est relativement insignifiante sur le plan de l’activité aérienne. Certes, les deux camps sont relativement actifs. Ainsi, comme à l’habitude quatre Wellesley sont envoyés de nuit pour bombarder un aérodrome italien (en l’occurrence Gura), tandis que deux S.79 font une visite surprise sur le terrain kenyan de Malindi. Néanmoins, ces attaques de très faible envergure n’ont probablement pas un réel objectif matériel, mais plus psychologique afin de maintenir l’adversaire sous pression.

Pourtant, le 24 octobre constitue bien un tournant majeur pour les évènements aériens. En effet, jusqu’à présent, l’aviation de chasse a constitué le parent pauvre du Commonwealth dans le secteur. Si on excepte le court interlude du K Flight, les moyens britanniques en la matière sont totalement absents au Soudan et au Kenya. On trouve, certes, deux unités basées à Aden, d’une part le No.203 (RAF) Squadron avec ses Blenheim MkIVF d’une efficacité toute relative sauf pour patrouiller et éventuellement fait peur aux bombardiers, d’autre part le No.94 (RAF) Squadron et ses Gloster Gladiator dont le rayon d’action empêche toute opération au-dessus du territoire italien, ce qui limite sa fonction à rôle strictement défensif. Côté sud-africain, la situation n’est quère favorable. Au Sud, le No.2 (SAAF) Squadron aligne essentiellement un mélange de quelques Gloster Gladiator et Hawker Fury, tout juste capable de rattraper les lents Ca.133. Si la situation est quelque peu meilleure au Soudan avec les Gloster Gladiator du No.1 (SAAF) Squadron, force est de constater que le Commonwealth manque cruellement de chasseur tant sur le plan qualitatif, que quantitatif. Ceci sans parler du niveau de formation des pilotes sud-africain, lequel est relativement faible. L’arrivée des appareils du No.3 (SAAF) Squadron, le 24 octobre, à Nairobi change pour partie la donne. L’unité est formée, le 9 septembre 1940, sur la base aérienne de Waterkloof près de Pretoria, sous les ordres du Major Lawrence A. Wilmot, avec neuf Hawker Hurricane Mk.I (complété rapidement par sept autres appareils). Comme avec le No.11 (SAAF) Squadron et ses Fairey Battle, la présence d’une unité complète avec un appareil équivalent, voir supérieur, à ceux de l’adversaire va complètement bouleverser la situation aérienne sur le front sud comme le prouveront les évènements du lendemain. Toutefois, cette évolution va aussi condamner le No. 2 (SAAF) Squadron pendant le reste de la campagne. En effet, suite à l’arrivée des Hawker Hurricane, ordre est donnée d’envoyer les Gloster Gladiator au nord, laissant uniquement sur place les obsolètes Hawker Fury.

Laisser un commentaire