23 Janvier 1941

Front nord

À la suite des mouvements de la 10th Indian Infantry Brigade sur son flanc, la XLI Brigata Coloniale abandonne la position pour retraiter en direction d’Agordat. Le 4th Battalion 11th Sikh Regiment entre dans Keru à 14h30. Les combats dans le secteur vont s’étendre jusqu’au 25 janvier. De lourdes pertes sont signalées côté italien, tandis qu’environ 700 à 800 hommes de la XLI Brigata Coloniale sont faits prisonnier (dont le Generale Ugo Fongoli)[1].

Comme les jours précédents, la Regia Aeronautica est toujours très active au-dessus de la zone des combats avec plusieurs revendications. Ainsi la chasse italienne indique avoir intercepté une formation de bombardiers, attaquant un pont sur la route reliant Agordat à Keren, et revendiqué un Hawker Hurricane. Dans le secteur Biscia, c’est cette fois un Bristol Blenheim qui aurait été fortement endommagé et revendiqué comme probablement détruit, tandis qu’un troisième appareil britannique est signalé détruit lors d’une attaque d’automitrailleuse sur la route reliant Aicota à Debri Mela. Une fois de plus, il reste difficile de faire correspondre ces évènements avec les archives britanniques[2].

En effet, côté RAF l’activité aérienne demeure encore très timide. Trois Wellesley, du No.47 (RAF) Squadron décollent du terrain avancé de Blackdown pour bombarder la ligne de chemin de fer dans les environs d’Agordat entre 12h15 et 15h30. Aucun évènement particulier n’est signalé, l’un des rapports signalant seulement le décollage d’un chasseur italien sur l’aérodrome voisin d’Agordat, tandis que les équipages ne peuvent observer les résultats du bombardement[3]. Dans le même temps, un Hawker Hardy (K4319), du No.237 (Rhodesia) Squadron patrouille, entre 09h50 et 12h20 le secteur de Keru en appuis aux troupes au sol[4].  

De son côté, le No.1 (SAAF) Squadron connait une journée mouvement avec plusieurs tentatives d’interception contre des appareils italiens. Ainsi, à 06h50, le Lieutnant Thomas A.W. Irvine décolle en Hurricane pour intercepter deux Savoia-Marchetti SM.79 dans les environs de Tesseney, quoique sans succès. Vers 07h00, le Captain Brian J.L. Boyle (Hurricane) et les Lieutnant E.A. Jarvis, Robien Pare et Denis L. Taylor (Gladiator) sont chargés d’une patrouille du secteur de Keru. Ils rencontrent sur place deux Savoia-Marchetti SM.79. Là encore les pilotes sud-africains ne sont pas en mesure de rattraper les bombardiers italiens. Seul le Captain Brian J.L. Boyle réussit à effectuer une attaque sur l’un des appareils adverses, mais sans conséquence. À 15h00, les Lieutnant Leonard le Clues Theron et Walter J. Townshend-Smith décollent, en Hurricane, pour rejoindre Agordat en protection des Wellesley du No.47 (RAF) Squadron. Deux Fiat CR.42 sont signalés, l’un en vol (à environ 3 000 m) et le second en cours de décollage. Un court affrontement est mentionné, mais sans résultat[5].

Front sud

Comme sur le front nord, les Italiens décident d’évacuer les forts frontaliers. En effet, le Generale Carlo De Simone considère que les plaines du Sud somalien et sud éthiopien sont indéfendables, tandis que cette zone désertique sera en mesure de ralentir tous mouvements adverses. Le secteur est, ainsi, laissé à la charge des troupes indigènes (Bande) afin de harceler l’avance britannique. Ainsi la 102ª Divisione coloniale somala (Generale General Adriano Santini) se replie le long du fleuve Jubba (reliant Kismayoo à Bardera) avec environ 14 000 hommes, tandis que la 101ª Divisione coloniale somala (General Italo Carnevali), environ 6 000 hommes) est chargé de bloquer l’accès aux massifs montagneux du Sud-est éthiopien. À l’ouest de cette ligne, seules les villes d’Afmadow et Kismayoo sont tenues par les troupes italiennes. Ainsi, suite à l’évacuation de la frontière, la 1st S.A. Infantry Brigade reçoit l’ordre de commencer une série de patrouilles offensives dans le secteur de Wajir, tandis que la 5th S.A. Infantry Brigade doit faire de même dans les environs de Moyale afin de tester le dispositif italien[6].

En raison de ces différents mouvements, plusieurs attaques aériennes de la Regia Aeronautica sont signalées contre les troupes au sol sud-africaines dans le secteur de Wajir[7]. En parallèle les Hartbees du No.40 (SAAF) Squadron effectuent plusieurs patrouilles de reconnaissance offensives dans les secteurs de Marsabit et Hobok[8]. Après une longue période d’inactivité, le No.60 (SAAF) Squadron a retrouvé une certaine forme grâce aux Avro Anson. Ce renfort en appareil permet aux équipages de mener une série de reconnaissance photographique de la Somalie italienne durant le mois de janvier. À titre d’exemple, le Avro Anson n°1129 (Lieutnant Edward A. Gebhardt) est chargé de prendre une série de photo du secteur de Liboi – Afmadaow (06h30 – 17h30). Le rapport mentionne que cette dernière ville semble apparaitre comme désertée comme les troupes italiennes[9].


[1] PRASAD, Bisheshwar. East African Campaign, 1940-41. Official History of the Indian Armed Forces In the Second World War. Combined Inter-Services Historical Section (India & Pakistan), 1963. http://www.ibiblio.org/hyperwar/UN/India/EAfrica/EAfrica-4.html ; MOCKLER, Anthony. Haile Selassie’s War. 2003.

[2] SHORES, Christopher ; RICCI, Corrado. Dust Clouds in the Middle East – The Air War for East Africa, Iraq, Syria, Iran and Madagascar, 1940 – 1942. London : Grub Street, 2010 (Reprinted). p.99.

[3] No.47 (RAF) Squadron : Operations Record Book (Form 540 and Form 541). Kiew : TNA, AIR 27 / 463.

[4] No.237 (Rhodesia) Squadron : Operations Record Book (Form 540 and Form 541). Kiew : TNA, AIR 27/1450.

[5] No.1 (SAAF) Squadron : War Diary. Kew : TNA, AIR/54/1.

[6] ORPEN Neil. East African and Abyssinian Campaigns, Raid on El Wak : http://www.ibiblio.org/hyperwar/UN/SouthAfrica/EAfrica/EAfrica-6.html ; STEWART, Andrew. The First Victory : The Second World War and The East Africa Campaign. Yale University Press New Haven and London, 2016. p.129 ; I.S.O. PLAYFAIR (MAJ GEN), The Mediterranean and Middle East, The early successes againt Itay (to may 1941), Uckfield, The Naval & Military Press, coll. « History of the Second World War, United Kingdom military series », 2004, p.411.

[7] SHORES, Christopher ; RICCI, Corrado. Dust Clouds in the Middle East – The Air War for East Africa, Iraq, Syria, Iran and Madagascar, 1940 – 1942. London : Grub Street, 2010 (Reprinted). p.99.

[8] No.40 (SAAF) Squadron, War Diary. Kew : TNA, AIR 54 / 79.

[9] No.60 (SAAF) Squadron, War Diary. Kew : TNA, AIR 54 / 7.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.