22 septembre 1940

Front Nord

La fin du mois de septembre est marquée par l’arrivée progressive et le déploiement de la 5th Indian Division du Major-General Lewis Heath au Soudan[1]. Cet évènement conduit à des transferts au sein du No.1 (SAAF) Squadron. Ainsi, un premier détachement de deux Gladiator (dont le Lieutnant Robin Pare)  est envoyé à Atbara[2], tandis que quatre autres appareils sous les ordres du Captain Brian J.L. Boyle rejoignent, eux, Port Sudan afin d’appuyer le K (RAF) Flight. Le reste du Squadron reste déployé à Kartoum. La présence à Port Sudan est de courte durée puisque le Captain Brian J.L. Boyle est déplacé avec six Gladiator sur le terrain avancé d’Azaza (près de Gedaref). Selon les équipages, les conditions de vie sont difficiles, le ravitaillement (nourriture, eau, carburant) étant assuré par un unique camion Ford loué à un local. Le personnel au sol est réduit au strict minimum, les pilotes devant eux-même remplir à la main les bandes de munitions, tandis que la fonction de cuisinier est remplie par un mécanicien[3].

Dans le même temps, la Regia Aeronautica effectue une série d’attaque contre les infrastructures au Soudan. Ainsi, deux S.79 sont signalés sur l’aérodrome de Port Sudan à 12h45. Les bombes ne causent pas de dégâts significatifs, et deux Gladiator du K (RAF) Flight, dont le K6135 (Pilot Officer Geoffrey B. Smither), décollent pour les intercepter, là encore sans résultat[4]. Si les italiens tentent d’intervenir, avec plusieurs raids par des S.79 en journée et des S.81 la nuit, ces derniers ne peuvent guère impacter les convois maritimes et le débarquement des troupes, les bombardements se limitant à deux ou trois appareils et ne peuvent harceler en permanence l’adversaire. Selon le Generale di Squadra Aerea Giuseppe Santoro : « des attaques massives auraient été particulièrement opportunes contre Port Sudan (…) où d’énormes quantités de ravitaillement avaient été repérées sur les quais (…) des attaques nombreuses auraient été capable d’infliger de très sérieux dégâts et briser le morale des troupes fraîchement débarquées. Mais (…), si une telle activité, et les pertes y afférant, était considérée comme insignifiante pour n’importe quelle force aérienne, elle était trop sérieuse à soutenir dans notre situation particulière »[5].

Malgré l’arrivée des premiers Blenheim Mk IV, les Wellesley continuent d’être utilisés par le No.14 (RAF) Squadron puisque trois d’entre eux sont envoyés sur l’aérodrome de Mai Edaga dans la nuit (entre 23h30 et 01h10) où deux Fiat CR.42 sont revendiqués détruits et trois bombardiers endommagés par le K7725 (Pilot Officer Thomas Rhodes)[6]. Ils sont rejoints par trois autres bombardiers du No.223 (RAF) Squadron. En plus des résultats mentionnés, de nombreux dégâts sont occasionnés sur l’aérodrome où plusieurs départs de feux sont signalés, notamment sur le dépôt de munition. Les rapports faisant état d’une attaque avec un « succès extraordinaires »[7].

A noter que plusieurs Wellesley sont employés dans la journée pour patrouiller le port.

 

Front Sud

Malgré la tentative de la veille, le No.11 (SAAF) Squadron est en mesure de reprendre ses attaques en envoyant trois Fairey Battle sur l’aérodrome de Shashamane. Si l’un des appareils est contraint à un retour base suite à un problème de moteur, les deux autres peuvent bombarder l’objectif où ils larguent leurs bombes sur une concentration de S.79. Si les équipages ne sont pas en mesure d’observer les résultats, la reconnaissance photo confirme la destruction de deux S.79. Lors du vol de retour, les équipages signalent la découverte d’un terrain avancé à Dalle avec au moins deux appareils au sol, ainsi qu’un hangar[8].

Revendication Alliés
No.11 (SAAF) Squadron 2 S.79 détruits au sol Fairey Battle Bombardement aérodrome de Shashamane.
No.14 (RAF) Squadron 2 Fiat CR.42, et trois bombardiers endommagés au sol Wellesley K7725 (Pilot Officer Thomas Rhodes) Bombardement Mai Edaga.

[1] La question des renforts au sol côté britannique sera abordée dans une partie ultérieur de la présente étude. Pour plus d’information voir : http://ibiblio.org/hyperwar/UN/India/EAfrica/index.html#contents

[2] A mi-distance, le long de la route reliant Port Sudan à Khartoum.

[3] Faute d’archives précises, il est difficile de donner les dates exactes des différents mouvements. MCLEAN S. Squadrons of the South African Air Force and their aircraft (1920 – 2005). Cape Town : [s.n.], 2005. p. 4 ; SCHOEMAN M. Springbok Fighter Victory – Volume 1 : East Africa (1940 – 1941).Nelspruit : Freeworld Publications, [s.d.]. p. 42 et 43 ; SHORES C., RICCI C. « East Africa ». In : Dust Clouds in the Middle East – The Air War for East Africa, Iraq, Syria, Iran and Madagascar, 1940 – 1942. London : Grub Street, 2010. p. 62.

[4] No. 14 (RAF) Squadron : Operations Record Book (Form 540 and Form 541). Kiew : TNA, AIR 27 / 192 ; « K Flight ». In : Shark Squadron : RAF 112 Sqn Tribute Website [En Ligne]. http://raf-112-squadron.org/k_flight.html [Consulté le 22 juillet 2015]

[5] BROWN J. A. A gathering of Eagles, the campaigns of the South African Air Force in Italian East Africa 1940 – 1941. Cape Town : Purnell, 1970. p. 54 et 55.

[6] No. 14 (RAF) Squadron : Operations Record Book (Form 540 and Form 541). Kiew : TNA, AIR 27 / 192 ; NAPIER M. Winged Crusaders : The Exploits of 14 Squadron RFC & RAF 1915 – 1945. Barnsley : Pen & Sword, 2013 ; SHORES C., RICCI C. « East Africa ». In : Dust Clouds in the Middle East – The Air War for East Africa, Iraq, Syria, Iran and Madagascar, 1940 – 1942. London : Grub Street, 2010. p. 62.

[7] No.223 (RAF) Squadron : Operations Record Book (Form 540 and Form 541). Kiew : TNA, AIR 27 / 1374.

[8] No.11 (SAAF) Squadron : War Diary. Kew : TNA, AIR/54/3 ; September – Narrative Norther Operations SAAF. Kew : TNA, AIR/54/8.

Laisser un commentaire