22 Janvier 1941

Front nord

À 04h00, le 4th Battalion 11th Sikh Regiment commence son attaque contre la position italienne de Keru. Cette dernière doit être impérativement capturée puisque l’unique route en direction d’Agordat passe par une gorge particulièrement resserrée à cet endroit. Si les Sikh sont en mesure de capturer l’une des collines, la position principale italienne s’avère impossible à franchir. Plusieurs renforts en provenance du 2nd Battalion The Queen’s Own Cameron Highlanders sont envoyés en fin d’après-midi, tandis que les éléments avancés de la 10th Indian Infantry Brigade parviennent à couper les arrières italiens depuis Aicota.

La Regia Aeronautica est toujours très active puisqu’une attaque contre l’aérodrome de Tesseney est signalée avec des dommages contre un appareil britannique[1].

Contrairement aux journées précédentes, les Sud-Africains sont en mesure d’intercepter l’adversaire. En l’occurrence, deux Hawker Hurricane et deux Gloster Gladiator du No.1 (SAAF) Squadron décollent, à 08h30, pour une patrouille au-dessus de Keru durant laquelle ils aperçoivent une formation de trois Caproni Ca.133, de la 18 Squadriglia (27 Gruppo) escortées par deux Fiat CR.42 de la 412 Squadriglia. Le Lieutnant Oscar B. Coetzee attaque l’un des bombardiers qu’il voit larguer ses bombes en catastrophes. Il est, cependant, repoussé par les Fiat CR.42, alors qu’il voit le bombardier tomber en flamme. Dans le même temps, le Lieutnant Hendrick J.P. Bruger (Hurricane Mk I n°298) revendique aussi la destruction d’un Caproni Ca.133 dans une situation similaire. Une victoire partagée est, alors, accordée aux deux pilotes sud-africains. Si un Caproni Ca.133 est bien perdu (dont une partie de l’équipage est en mesure de rentrer dans les lignes italiennes), les deux autres rentrent fortement endommagés à Agordat avec plusieurs blessés. À noter qu’un Gloster Gladiator est revendiqué par le Sergente Maggiore Luigi Baron (412 Squadriglia). Selon le témoignage d’un des Italiens :

« Dans la matinée du 22 janvier 1941, une formation de trois Caproni Ca.133 (18 Squadriglia, 27 Gruppo) décolle d’Asmara pour bombarder l’ennemi avançant depuis le nord. Le Tenente Passetto dirige la formation, tandis que j’opère comme second pilote. L’appareil de droite est piloté par le Sottotenente Nicoletti et le Sergente Belcaro, alors que celui de gauche est piloté par un officier, dont le nom m’échappe, et le Sergente Dichino. Après le décollage, je prends les commandes, alors que le Tenente Passetto me donne les instructions de cap et d’altitude. Au-dessus d’Agordat nous bénéficions d’une escorte de deux Fiat CR.42, environ 200 mètres au-dessus de nous. Peu après, l’observateur entre dans le cockpit et nous indique de regarder en bas sur la gauche. Après un moment, je dois des nuages de Flak et deux Hurricane. Le Tenente Passetto nous ordonne de larguer les bombes puis prend les commandes pour virer vers nos lignes. Un Hurricane attaque depuis l’arrière et l’appareil sur notre gauche s’écrase en flamme, tandis que celui de droite est touché et commence à perdre de l’attitude avant de disparaitre de notre vue.

Nous sommes seuls dans le ciel, le Tenente continue de piquer afin d’augmenter la vitesse. Je vois l’aiguille du tachymètre stopper à 175 km/h. Le Hurricane revient et nous attaque. Nous sommes touchés et notre observateur est blessé à la cuisse. Notre opérateur radio est vraiment très bon ; il utile la mitrailleuse Lewis depuis l’arrière, tout en réussissant à recharger très rapidement, contrairement à notre mécanicien qui tire balle par balle.

Soudain, notre réservoir droit est touché. Je vois du carburant tomber sur le mécanicien et finalement disparaitre par les portes, laissant une large traînée derrière nous… et je commence à craindre une panne moteur. Nous sommes encore attaqués par la droite, ce Hurricane est déterminé à en finir avec ce vieux Caproni qui continue de voler ! Le moteur droit est touché. J’entends le bruit d’impact des balles sur les surfaces métalliques de notre avion, mais heureusement personne n’est touché. Notre escorte semble intervenir depuis mon siège je ne vois rien. Il y’a au moins quatre Gladiator présents.

Le Tenente atterrit à Agordat, les pneus éclatent et le Caproni continue sur les jantes avec un terrible bruit ; puis soudain il s’arrête. Un moment après, le Caproni du Sottotenente Nicoletti atterrit, lui aussi endommagé avec un blessé. Je me rappelle, durant l’attaque avoir vu un Caproni en dessous avec un objet très brillant descendant lentement. Après l’atterrissage, un mécanicien m’explique ce mystère. L’opérateur radio de l’appareil abattu avait tenté de sauter en parachute. Malheureusement, ce dernier était probablement imprégné de carburant et avait prit feu se transformant en torche, ironiquement ce dernier s’appelait Fuoco (feu).

L’ambulance arrive pour récupérer les blessés, tandis que notre mécanicien se plaint de devoir se laver pour retirer tout le carburant sur lui. Après cette action, notre 18 Squadriglia ne dispose plus d’aucun avion. L’officier, le Sergente et le mécanicien (blessé à l’épaule) de l’appareil abattu ont réussi à sauter en parachuter et rejoindre à pied nos lignes. Dans les deux autres équipages, nous comptons un mort et trois blessés. Les mécaniciens réussissent, cependant, à réparer l’appareil du Sottotenente Nicoletti afin de lui permettre de retourner à Asmara. Malheureusement, je peux confirmer que dans l’après-midi les Hurricane sont en mesure de détruit notre Caproni au sol ; il portait le numéro 18-4 ».

Effectivement, l’aérodrome d’Agordat est attaqué par les Lieutnant Hendrik J.P. Burger et John L. Hewitson (Hurricane n°298 et 272) dans l’après-midi (vers 14h45), un Caproni étant revendiqué détruit et un second endommagé.

Lieutnant Hendrik J.P. Burger

Lieutnant John L. Hewitson

Front sud

Comme les jours précédents, la SAAF continue à viser les aérodromes du Sud éthiopien et Somaliens. Cette fois-ci, trois Junkers Ju.86 du No.12 (SAAF) Squadron décollent en direction de Negele Borana. Le bombardement est effectué entre 04h10 et 04h30 sur une série de bâtiments camouflés. Si la défense antiaérienne est signalée comme relativement faible, les équipages sud-africains ne sont pas en mesure d’observer de dégâts significatifs sur l’objectif.

Le C Flight du No.41 (SAAF) Squadron, basé à Wajir, est chargé durant la journée d’effectuer une série de photographie aérienne de la route entre Dif et Afmadow, près de la frontière somalienne qui s’avère très couteuse en appareil. Ainsi, le Hartbees n°806 (Captain Albert E. Klette ; Flight Sergeant Cyril A. de Bruin) est porté disparu, tandis qu’un second appareil (n°868 : Lieutnant J.C. Collins ; Sergeant Solomon Berchowitz) aurait été engagé par deux chasseurs italiens dans les environs de Gerile.

Selon une lettre du Sergeant Solomon Berchowitz :

« Il y’a quelques jours, durant une mission de photographie aérienne au-dessus du territoire ennemi, j’ai aperçu deux Fiat. Je les montre à mon pilote qui décide de les attaquer. Nous piquons d’environ 1 200 m à 600 m pour nous placer dans la queue d’un des Italiens. Cependant, le second essaye d’en faire de même derrière nous. Il ouvre le feu, mais je lui adresse mes salutations ce qu’il ne semble pas apprécier puisqu’il dégage immédiatement avec l’autre italien. C’est une expérience unique. Alors que nous touchons finalement le sol, je suis vraiment heureux de sentir la terre sous mes pas (…). »

Le destin de l’autre appareil (Hartbees n°806) reste plus difficile à déterminer puisque son épave ne sera retrouvée que le 3 février, durant l’avancée des troupes sud-africaines en Somalie, avec son équipage mort (Captain Albert E. Klette ; Flight Sergeant Cyril A. de Bruin).

On ne dispose d’aucune revendication italienne pour cette journée, selon Christopher Shores. On note, toutefois, qu’un IMAM Ro.37bis opérant dans le même secteur revient légèrement endommagé à la suite d’un combat avec un chasseur sud-africain. Il n’est pas impossible que ces événements soient reliés. Il est intéressant de signaler que, depuis le 17 janvier 1941, la 110 Squadriglia dispose aussi de quatre Fiat CR.42.

Revendications Alliés
No.1 (SAAF) Squadron 1 Caproni Ca.133 partagé Lieutnant Oscar B. Coetzee et Hendrick J.P. Burger (Hurricane) Combat, environ de Keru (après 08h30)
No.1 (SAAF) Squadron 1 Caproni Ca.133 détruit au sol et 1 endommagé Lieutnant Hendrik J.P. Burger et John L. Hewitson (Hurricane) Attaque au sol ; aérodrome de Agordat (vers 14h45)
Pertes alliées
No.41 (SAAF) Squadron Hartbees Captain Albert E. Klette ; Flight Sergeant Cyril A. de Bruin (tués) S’écrase dans le secteur Dif – Afmadow.
Revendications Italie
1 appareil endommagé Aérodrome de Tesseney
Pertes Italie
110 Squadriglia IMAM Ro.37bis Endommagé en combat aérien ; Gerille
18 Squadriglia (27 Gruppo) 1 Caproni Ca.133 abattu et deux endommagés Combat, environ de Keru (après 08h30)
18 Squadriglia (27 Gruppo) 1 Caproni Ca.133 (18-4) détruit au sol Aérodrome de Agordat (vers 14h45)

[1] On ne trouve, cependant, aucune trace d’un appareil endommagé dans les archives britanniques.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.