17 juin 1940

Le 17 voit se dérouler les premiers combats au sol sur le front d’Afrique de l’Est, lorsque les Italiens lancent une offensive contre le poste frontière d’El Wak et Moyale au Kenya. En raison de ses faibles effectifs aériens, le Commonwealth peut difficilement intervenir et seules quelques actions seront menées par le 237 Squadron (Rhodesia) RAF, entre 11 h 55 et 15 h 5, avec l’Audax K7546 des Fg Off R.J.D. Christie et AC Strickland. Le reste de l’activité aérienne est consacré, comme les jours précédents, aux reconnaissances tactiques.

La journée verra aussi le début d’une « grande aventure » pour le Maj Robert Preller, C.O. du 11 Squadron SAAF. En effet, alors que ce dernier apprend que ses pilotes doivent rentrer en Afrique du Sud pour y être transformés sur Fairey Battle, ordre lui est donné de mener une mission de reconnaissance sur le port de Kismayu. A cet effet, il décolle avec l’unique Fairey Battle disponible, en l’occurrence le 901 avec les A/Cpl Brian Ackerman et A/Cpl Erik Pettersen. L’appareil ne rentrera jamais. En effet, en arrivant sur la cible, l’appareil est touché et endommagé par la DCA de deux navires. Le Maj Robert Preller décide de rentrer lorsqu’il tombe sur l’aérodrome d’Afmadu. Ne pouvant résister à la tentation, il effectue deux passes lorsque son radiateur est touché par des tirs provenant du sol. Finalement, l’appareil est contraint à un atterrissage forcé. Les trois membres d’équipage, seulement légèrement blessés, récupèrent la mitrailleuse Lewis et mettent le feu au Fairey Battle. Épuisés après sept jours de marche, ces derniers trouvent, enfin, un point d’eau. Selon le Maj Robert Preller :

« nous avions perdu tout sens. Moi et Ackerman en sommes même arrivés à ouvrir le compas pour en boire le liquide. Comme l’alcool contenu n’était plus liquide, nous l’avons mélangé avec notre urine, mais cela ne faisait que créer encore plus de tourments. Finalement, vu l’état d’épuisement d’Ackerman j’ai décidé de laisser mes membres d’équipage près d’un point d’eau, et de continuer seul vers la frontière à la recherche de secours. Heureusement, j’ai fini par rencontrer deux Somalis, qui m’ont conduit vers le poste le plus proche des King’s African Riffles ».

Le 1er juillet, le Plt Off Alec T.R. Hutchinson du 237 Squadron (Rhodesia) RAF, en patrouille dans le secteur Garissa – Liboi aperçoit des chameaux. Passant au-dessus, il aperçoit un Européen habillé en kaki lui faisant des signes. Rapidement, un détachement est envoyé sur place, où il trouve le Maj Robert Preller. Ce dernier indique avoir laissé deux membres d’équipage près d’un point d’eau qu’il pointe grossièrement sur une carte. Finalement, les deux membres d’équipage seront secourus le 4 juillet. Le Maj Robert Preller sera récompensé de la D.F.C. en date du 9 octobre.

Depuis le nord, la RAF continue sa campagne de bombardements contre les aérodromes côtiers. Par exemple, le 223 Squadron RAF envoie cinq Wellesley depuis Summit, à 04h40, en direction du terrain maintes fois visité de Gura où quatre Ca 133 sont signalés endommagés.

Le 47 Squadron RAF décide de tester une nouvelle méthode pour assurer la protection du terrain d’Erkowit. À cet effet, un Wellesley (K7772, lt Lt. Ostle ; Sgt Bavin-Smith) décolle, à 05h05, avec la nacelle à bombes démontée. La patrouille est, cependant, de courte durée puisque trois Gloster Gladiator du K Flight (provenant de Port Sudan) engagent immédiatement ce bombardier à la forme étrange. L’attaque est rapidement stoppée lorsque le Sgt Bavin-Smith réussit à tirer une fusée d’identification, mais le moteur droit étant endommagé avec un début de fuite de carburant, le pilote préfère se poser après seulement 10 minutes de vol.

La Regia Aeronautica, quant à elle, perd deux appareils dans des opérations contre Aden et la Somalie Britannique, en l’espèce, deux S 81 de la 18a Squadriglia suite à la défense antiaérienne britannique.

Un Ro 37 bis de la 110 Squadriglia RT est signalé au-dessus du port de Djibouti tandis qu’un S 81 de la 15a Squadriglia survole, dans la soirée, le territoire français.

À la même date, le Général Pietro Pinna, commandant la Regia Aeronautica, indique dans son rapport ses craintes suite aux premières journées de combats.

« Les raids ennemis ont détruit une grande quantité de matériels aéronautiques et de carburant, ainsi que quinze appareils de tout type. Pour l’instant, nos réserves permettent de compenser ces pertes, mais si les attaques continuent avec la même régularité, il faudra moins d’un mois pour que la force aérienne soit en grave difficulté. Si aucune aide ne vient d’Italie, je donne encore quatre mois de vie à la Regia Aeronautica en tant que force de combat ».

Pertes Commonwealth

47 Squadron RAF

Wellesley K7772

Flt Lt. Ostle ; Sgt Bavin-Smith

Légèrement endommagé par des Gladiator, Erkowit

Revendications Commonwealth

223 Squadron RAF

4 Ca 113 endommagés au sol

Wellesley

Gura

Pertes Afrique du Sud

11 Squadron SAAF

Fairey Battle, n°901

Maj Robert Preller, A/Cpl Brian Ackerman et A/Cpl Erik Pettersen

Appareil endommagé par DCA, posé près de la frontière Somalie italienne – Kenya

Pertes Italie

18a Squadriglia

S 81

 

Endommagé par la DCA, posé à Debra Sina

18a Squadriglia

S 81

 

Endommagé par la DCA, posé en territoire italien

Laisser un commentaire