16 novembre 1940

Front nord

Profitant du mauvais temps (avec un plafond nuageux à seulement 1 200 mètres dans le massif montagneux érythréen), le Flight Lieutnant John K. Buchanan, du No.14 (RAF) Squadron, décolle à 10 h 10 à bord du Bristol Blenheim Mk I T1877 pour mener une attaque sur Gura, puis procéder à une reconnaissance photographique de la baie de Massawa à la recherche de mouvements navals. Un coup au but est signalé sur un dépôt à Gura, ainsi que trois chasseurs italiens, dont au moins un cherche à engager le bombardier. Le Flight Lieutnant John K. Buchanan peut, cependant, utiliser les nuages pour se cacher et s’échapper[1].

De son côté, un équipage du No.237 (Rhodesia) Squadron connait une petite aventure. À 16 h 25, les Pilot Officer Colin T. Campbell et Sergeant Alan P. Burl décollent à bord du Hawker Hardy K5915 pour une mission en soutien à la Gazelle Force opérant toujours entre Gallabat et Metemma. Durant une passe de bombardement, l’appareil est touché au radiateur par des tirs venant du sol. Dans l’incapacité de pouvoir rentrer dans leurs lignes, le pilote est contraint à un atterrissage forcé. La tombée de la nuit empêche toutes recherches, mais dès le lendemain plusieurs appareils du No.237 (Rhodesia) Squadron décollent dans l’espoir de retrouver l’équipage disparu. C’est seulement le 18 novembre que l’appareil est aperçu par Flying Officer Alec T.R. Hutchinson et Sergeant H.L. Maltas (Hawker Hardy K4310). Plusieurs rations sont larguées aux deux hommes qui doivent, cependant, attendre le lendemain pour voir arriver une équipe de secours. Si le Pilot Officer Colin T. Campbell est légèrement blessé au visage, les deux hommes se portent relativement bien et ils sont évacués vers Khartoum. La nature du terrain empêche, cependant, toute récupération de l’avion[2].

Front Sud

Le No.11 (SAAF) Squadron connait la même aventure que les voisins rhodésiens. Les Lieutnant Cornelius A. van Vliet, Air Sergeant PJ. Lamont et E. Murphy décollent, à bord du Fairey Battle Mk I L5078 n° 916, à 9 h d’Archers Post pour rejoindre le terrain de Lokituang près du lac Turkana. De là, ils sont chargés d’effectuer une reconnaissance du secteur Todonyang — Washa Waha au profit du 2/4th Kings African Rifles[3].

Selon le Lieutnant Cornelius A. van Vliet : « j’ai plein de petites bombes antipersonnel en conteneurs, qui ont tendance à prendre immédiatement vie lorsqu’elles quittent leurs rangements, ce qui n’est pas très plaisant en cas d’atterrissage forcé. Je décolle de Lokituang avec Lamont et Murphy, respectivement comme mitrailleur arrière et observateur. Nous survolons à haute altitude ce qui ressemble à une position militaire, mais à cette hauteur nous ne pouvons rien identifier, et je décide donc de faire une passe plus bas. Je réalise trop tard qu’il y’a des mitrailleuses dans des côtés et mon avion prend des coups dans le radiateur. Par chance ma trajectoire est dans la direction de nos lignes, en conséquence je continue à essayer de maintenir mon appareil malgré la colonne de fumée blanche qui s’en échappe. J’espère pouvoir voler encore cinq minutes avec un moteur dans cet état, et je dois maintenant prendre une décision : grimper ou maintenir l’altitude en sachant que je ne pourrais pas larguer mes bombes à cette hauteur. La zone paraît relativement plate avec des broussailles. Alors que l’aiguille de température sort du cadran, je décide de sortir les roues et tenter l’atterrissage. Mais juste avant l’atterrissage, j’aperçois des hommes de la tribu des Merille. Ils servent les Italiens au sein des Banda. Ces Merille, en particulier, sont connus d’effectuer certaines opérations chirurgicales sur leurs victimes, et ils ne seront probablement pas très amicaux après nos bombardiers précédents. Alors que nous touchons le sol, la roue gauche frappe une bosse, ce qui l’arrache et frappe la queue qui se replie vers le cockpit. L’avion glisse le long de son ventre sur un tas de boue sèche, nous gardons notre souffle en espérant que les bombes ne vont pas exploser. Nous avons de la chance, et nous sortons pour voir l’état de notre Fairey Battle. Nous recueillons rapidement deux récipients d’eaux, puis nous nous éloignons sans prendre de nourriture par crainte d’une exposition des moteurs. Je prends aussi mon arme. Nous perçons rapidement un des réservoirs de carburants, plaçons les documents dans le cockpit, puis le tir dedans pour mettre le feu à l’épave. Puis, nous partons en courant sans nous retourner pendant, sachant que les Merilles pourront facilement nous suivre. Après environ une heure en alternant marche et course, nous traversons la frontière où nous apercevons un véhicule en approche. Il s’agit d’un petit détachement des KAR avec un officier et deux Askaris, ce qui dissipe immédiatement notre inquiétude. Ils nous avaient vu descendre et étaient venus nous récupérer »[4].

Pertes alliées
No.237 (Rhodesia) Squadron Hawker Hardy K4310 Pilot Officer Colin T. Campbell (blessé) ; Sergeant Alan P. Burl Touché au radiateur par des tirs venant du sol ; atterrissage forcé Gallabat — Metemma.
No.11 (SAAF) Squadron Fairey Battle Mk I L5078, n°916 Lieutnant Cornelius A. van Vliet, Air Sergeant PJ. Lamont et E. Murphy Touché au radiateur par des tirs au sol ; atterrissage forcé près de la frontière, lac Turkana.
No.40 (SAAF) Squadron Hartbees n° 862 Lieutnant Clifton Jubber ; Air Sergeant Arthur Horne (tués) S’écrase au décollage à Marsabit (très mauvaise visibilité, heurte une colline).  

[1] No.14 (RAF) Squadron : Operations Record Book (Form 540 and Form 541). Kiew : TNA, AIR 27/192 ; SHORES, Christopher ; RICCI, Corrado. Dust Clouds in the Middle East – The Air War for East Africa, Iraq, Syria, Iran and Madagascar, 1940 – 1942. London : Grub Street, 2010 (Reprinted). p. 78 ; CANWELL, Diane ; SUTHERLAND, Jon. Air War East Africa (1940 – 1941). The RAF versus the Italian Air Force. Barnsley : Pen and Sword Aviation, 2009. p. 77.

[2] No.237 (RAF) Squadron : Operations Record Book (Form 540 and Form 541). Kiew : TNA, AIR 27/1450 ; SALT Beryl. A Pride of Eagles, The Definitive History of the Rhodesian Air Force : 1920 – 1980. Johannesburg : Covos Day, 2001, p. 71 ; SHORES, Christopher ; RICCI, Corrado. Dust Clouds in the Middle East – The Air War for East Africa, Iraq, Syria, Iran and Madagascar, 1940 – 1942. London : Grub Street, 2010 (Reprinted). p. 78 ; CANWELL, Diane ; SUTHERLAND, Jon. Air War East Africa (1940 – 1941). The RAF versus the Italian Air Force. Barnsley : Pen and Sword Aviation, 2009. p. 77.

[3] November – Narrative Norther Operations SAAF. Kew : TNA, AIR/54/8 ; No.11 (SAAF) Squadron : War Diary. Kew : TNA, AIR/54/3 ; SHORES, Christopher ; RICCI, Corrado. Dust Clouds in the Middle East – The Air War for East Africa, Iraq, Syria, Iran and Madagascar, 1940 – 1942. London : Grub Street, 2010 (Reprinted). p. 78 ; CANWELL, Diane ; SUTHERLAND, Jon. Air War East Africa (1940 – 1941). The RAF versus the Italian Air Force. Barnsley : Pen and Sword Aviation, 2009. p. 77.

[4] TIDY P.D., South African Air Aces of World War II, Major Cornelius A. van Vliet ; in South African Miliaty History Journal, vol 2, n°6, décembre 1973. [En Ligne], http://samilitaryhistory.org/vol026dt.html [consulté le 23/12/2016).

Laisser un commentaire