11 juillet 1940

Dans la nuit du 9, les Italiens lancent plusieurs attaques pour prendre Moyale. Si elles sont toutes repoussées par les défenseurs, il apparaît à l’aube que l’artillerie adverse a pris de nouvelles positions permettant de pilonner le fort à courte distance, tandis qu’un encerclement commence à se mettre en place. La situation oblige le commandement à avancer sa contre attaque. Trois Hartbees du 40 Squadron SAAF sont, immédiatement, déployés en renfort à Wajir.

La journée commence très tôt pour les Sud-Africains lorsque deux appareils décollent en alerte pour intercepter une formation de trois Ca 133 de la 9a Squadriglia approchant du terrain. Durant le long engagement (environ 30 minutes), chaque formation revendique la destruction de plusieurs adversaires mais seuls des dommages sont enregistrés. En effet, l’un des Ca 133 rentre avec un membre d’équipage tué et deux blessés, tandis que le Hartbees du Lt Neville Rankin est touché au gouvernail, il sera cependant remis en état de vol dans l’après-midi. En tout état de cause, la tentative d’interception n’empêche pas les attaquants de larguer leurs bombes sur le terrain. Dès lors, seuls deux Hartbees peuvent être envoyés pour soutenir Moyale. Opérant à la limite de leur rayon opérationnel, l’un d’entre eux est contraint à un atterrissage forcé à Buna. Mais, alors, qu’il est en cours de ravitaillement, une paire de Ca 133 apparaît au-dessus et mitraille l’appareil. S’il réussit finalement à rentrer à Wajir, il est lui aussi mis hors service. Dans cette situation, trois avions supplémentaires sont envoyés en renfort en fin de matinée, ce qui permet aux Sud-Africains d’en faire décoller quatre en début d’après-midi. Néanmoins, la malchance les frappe encore puisque arrivés sur l’objectif, ils croisent une formation de trois Ca 133 de la 66a Squadriglia escortés par trois Fiat CR 32 de la 411a Squadriglia CT. Les chasseurs passent immédiatement à l’attaque, le Hartbees n°802 (Lt Neville Rankin ; A/Sgt Dennis Hughes) est immédiatement touché et s’écrase au sol tuant son équipage. En outre, si les appareils des Lt H.G. Shuttleworth et 2/Lt Clifton Jubber réussissent à rentrer, ils sont également endommagés. Les Italiens, quant à eux, signalent avoir rencontré cinq appareils ennemis dont deux ont été abattus, l’une des victoires étant revendiquée par le Serg Magg Enzo Omiccioli. De surcroît, un S 79 de la 6a Squadriglia (Cap Serafini) arrive à surprendre le Hart SR106 du 237 (Rhodesia) Squadron RAF sur l’aérodrome.

La situation au sol ne s’améliore pas puisque les troupes italiennes réussissent à prendre le village, fermant l’encerclement du fort. Ne disposant plus que de 4 jours de réserve d’eau et l’arrivée de renfort ne pouvant guère être espéré, le Capt David Henderson reçoit l’ordre de préparer sa garnison à une évacuation imminente.

Enfin, pour conclure une bonne journée pour la Regia Aeronautica, le Blenheim L8506 (Fg Off P.A. Nicholas ; Pilot Officer Derek N. Janes ; Sgt Hannan) du 8 Squadron RAF est intercepté au-dessus de l’aérodrome éthiopien de Jijiga par deux Fiat CR 32 de la 410a Squadriglia CT (S Ten Veronese et Serg Magg Antonio Giardinà). L’appareil est grièvement endommagé et se pose en urgence à Djibouti où les deux membres d’équipages sont admis à l’hôpital. 

Laisser un commentaire